Découvrez Antananarivo et sa région
Au plus près de la nature
Découvrez la ville des mille !

Les collines sacrées

L’expression « colline sacrée » inspire à la curiosité. Sans aucun doute, le passage d’une colline quelconque à l’état de colline sacrée relève des décisions royales du temps du Roi Andrianampoinimerina (le Roi qui unifia l’Imerina). Le nombre et la liste des Collines sacrées de l’Imerina varient selon les sources. Le critère le plus communément admis est d’avoir été la résidence d’une des 12 femmes qu’Andrianampoinimerina épousa pour des raisons souvent stratégiques ; leur visite est une invitation à une promenade aussi bien dans l’espace que dans le temps. Certaines sont des destinations prisées des randonneurs sportifs, d’autres sont d’accès faciles.

Ambohimanga sur la Route Nationale N°3 a été le point de départ des conquêtes du grand Roi Andrianampoinimerina. Cette colline est classée Patrimoine Mondiale de l’UNESCO. Le premier grand Roi qui y régna fut vers 1730 Andriambelomasina, grand père d’Andrianampoinimerina. Ce dernier monta sur le trône d’Ambohimanga en 1787 mais préféra s’installer à Antananarivo après qu’il eut pris celle-ci en 1794.

Erigé comme une place forte, Ambohimanga était entouré de deux séries de tranchées profondes. Le Rova est entouré d’une enceinte massive surmontée de pieux pointus construite sous Ranavalona I. On peut y visiter la case rustique d’Andrianampoinimerina d’une seule pièce et garnie des ustensiles d’utilisation quotidienne (sagaies, lits, louche …) puis deux pavillons de bois sculptés, reliés par une passerelle à balustrade datant de 1871 sous Ranavalona II. A un étage et composés de plusieurs pièces, ces élégants pavillons meublés à l’Européenne servaient de lieu de détente aux dernières reines ainsi qu’au Général Galliéni. On pourra aussi voir la fosse à bœufs utilisée la veille des fêtes, les bassins sacrés où se baignaient les rois et reines, ainsi qu’un des canons fabriqué par le français Jean Laborde.

Analamanga « La forêt Bleue » premier nom d’Antananarivo, était à l’origine peuplé par des groupes attirés par sa position défensive avantageuse. A partir de 1794 avec le roi Andrianampoinimerina, la capitale du royaume merina quitte Ambohimanga et s’installe à Antananarivo. La ville devient le siège d’un pouvoir royal qui s’est fixé pour but d’unifier l’Île.

Les premières fortifications sont aménagées à cette époque, le Rova s’entoure de hautes palissades et de fossés. Situé sur la vaste esplanade au sommet de la colline, le Rova fut le lieu de résidence des Rois et Reines du 17è au 19è siècle. Dés l’époque coloniale en 1902, le bâtiment principal et ses annexes se transformaient en Musée où étaient exposés les symboles, attributs et vestiges de la Royauté, des trônes et palanquins aux cahiers d’écoliers des princes en passant par les meubles, les armes, les habits d’apparat ou encore une riche collection de tableaux. Le Rova était devenu le fleuron du patrimoine culturel national. Après l’incendie du 06 Novembre 1995, il subsiste aujourd’hui le revêtement en pierre du Grand Palais, le Temple, les 7 tombeaux royaux également restaurés, le portail en pierre sculptée surmonté d’un aigle de bronze déployant ses ailes et symbolisant la puissance royale. Une visite est fortement conseillée ne serait-ce que pour s’imprégner de la sérénité de ces lieux.

Ambohidratrimo à 15 km sur la Route National N° 4 est bien connue pour son alignement de 3 tombes royales surmontées d’une « Tranomanara » signe distinctif de la noblesse régnante.

Ilafy est une des plus proches de la capitale. Là fut enseveli en secret Radama II après son assassinat dans la nuit du 11 mai 1863.

Namehana sa voisine fut le théâtre d’âpres batailles avec le corps d’expéditionnaire français de 1895.

Alasora et Imerimanjaka au Sud Est d’où sont issus Rafohy « la petite » et Rangita « la crépue » et leur descendant Andriamanelo. Elles sont reconnues comme les principaux berceaux de la Royauté Merina. Alasora est aujourd’hui une grosse bourgade urbanisée.

Kaloy, aux confins Nord du Royaume Merina a donné le jour à Andrianampoinimerina (1787 – 1810) et peut-être aussi avant lui à Ralambo (1575-1610). La colline ressemble à s’y méprendre à Ambohimanga.

Ambohitrabiby est la colline où régna Ralambo vers 1600. C’est ce roi qui aurait introduit la consommation de viande de zébu et la tradition du bain royal (Fandroana).

Ambohijoky au Sud Ouest s’appelait Analamasina avant qu’Andrianampoinimerina n’y installa une de ses femmes. Entre les vallées de l’Andromba et de la Sisaony, il bénéficie d’un panorama exceptionnel.

 Ampandrana au Sud est une des plus difficiles à identifier, étant en fait l’ancien nom des collines d’Ambohitraina et d’Ifandro. Elle est plutôt assimilé à la période « vazimba ». Antsahadinta à une vingtaine de kilomètres au Sud également s’étale sur trois niveaux. Elle passa par des dominations successives, dont celle de la fille d’Andrianamboatsimarofy roi d’Antananarivo avant sa défaite devant Andrianampoinimerina.